Interview UFAA / Warsoft

13
Sep
1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles

Dans le but de présenter leur action et leurs objectifs auprès des airsofteurs, vis à vis d’autres entités fédératrices, l’Union Française des Associations d’Airsoft (UFAA) nous transmet l’interview publiée dans le magazine Warsoft n°15. Retrouvez-là dans la suite de cet article.

Peux-tu présenter l’UFAA ? Qui sont les membres fondateurs etc…

L’UFAA est une fédération nationale d’airsoft ! Elle a pour but de développer, promouvoir et encadrer la pratique de l’airsoft en France, elle veille également au bon respect de la loi ainsi que des valeurs éthiques et morales, tout en valorisant l’image de l’Airsoft. Elle se positionne comme un interlocuteur majeur au niveau national avec les administrations et les forces de l’ordre, mais aussi comme un soutien pour les associations, dans toutes leurs démarches. Les statuts de l’UFAA ont été longuement étudié afin d’éviter tout lobbyisme et pouvoir absolu. Pour exemple, le comité d’administration de l’UFAA n’a quasiment aucun pouvoir, il représente la fédération et veille au respect de l’éthique et de la loi. Le coeur de l’UFAA, le comité de pilotage, c’est les associations elles même, qui sont les seules institutions légales reconnues par la législation française, c’est pourquoi ce sont les associations qui font l’UFAA et non pas l’inverse. Les membres fondateurs n’ont pas d’importance, l’UFAA n’est pas nominative et ne présente aucune gloire à titre individuel.

Comment vous placez-vous par rapport a vos concurrents (FF tir, fédé Gn et FFa) ? Qu’apportez-vous de plus ?

D’un point de vue légal les termes « Union » et « Fédération » sont identiques. Nous avons volontairement choisi le terme Union car au moment de la création de l’UFAA, la légitimité des fédérations monopolisait l’attention et beaucoup d’énergie, et nous avons souhaité nous en tenir à l’écart et plutôt nous concentrer sur nos objectifs et les actions à mettre en place pour y arriver. C’est ce qui nous a valu une certaine confiance des associations qui nous ont rejoint.
Nous avons rencontré l’ancien président de la FFA, M. Sanguinetti, le 17 avril dernier, et nous avions entamé une collaboration car nous partagions la même vision de l’airsoft. Depuis le dernier CA de la FFA cette collaboration est en stand bye car nous attendons d’être à nouveau contacté.
Concernant la FédéGN, nous sommes conscients de leur travail et nous avons déjà pris contact avec eux afin d’étudier une collaboration.
Pour ce qui est de la FFTir nous ne voyons absolument pas son rapport avec l’airsoft donc nous ne souhaitons pas entrer en contact avec eux ni collaborer, nous estimons que l’airsoft est une activité à part entière qui se doit d’avoir son propre organisme représentatif et fédérateur et en ce sens nous ne souhaitons pas qu’une fédération n’ayant pas de rapport avec l’airsoft regroupe une certaine part de ses pratiquants tout en délaissant les autres.

Comment est née l’UFAA ?

2008 quelques associations Bordelaises se rassemblent pour étudier un projet de charte commune visant à établir des normes de sécurité et d’encadrement pour la pratique de l’airsoft lors de leurs parties. Deux ans plus tard nait la charte Airsoft Guyenne à laquelle 6 associations adhèrent immédiatement. Courant 2010 la charte Airsoft Guyenne est sortie de Gironde pour être adoptée par d’autres associations sur une dizaine de départements français. Le travail effectué autour de cette charte étant similaire à un travail de fédération et face au besoin de reconnaissance légal, ce collectif associatif a décidé de créer l’UFAA comme une association d’associations, soit une fédération.

Quel sont les objectifs de l’UFAA ? Quelles sont les actions entreprises ?

les objectifs peuvent évoluer dans le temps, chaque association qui nous rejoint emmène son lot d’avis et de doléances dont l’UFAA se doit de prendre en considération, c’est pourquoi certaines priorités dans les projets peuvent changer, mais à ce jour voici les objectifs à court et moyen terme :

  • Session de formation à la communication (interne et externe)
  • Session de formation à la sécurité
  • Session de formation de secourisme (la première a déjà eu lieu mais de nouvelles vont être organisées)
  • Prise de contact avec les autorités de police, de gendarmerie, de CRS afin de leur présenter le loisir mais aussi de leur proposer une sensibilisation dans ce domaine (cette démarche est déjà en cours de part l’application de la Charte par les associations signataires)
  • Présence au prochain Shooting & Game Show pour sensibiliser le public de masse
  • Développer un laboratoire national dédié aux formations Airsoft mises en place par l’Union
  • Obtenir de l’état de définir l’airsoft au niveau légal et obtenir un agrément auprès d’un ministère
  • Participer à la création de diplôme (Brevet d’Etat par exemple) afin d’encadrer les mineurs dans la limite des 0.07 joules
  • Participer activement en étant force de proposition pour contrer tout changement de législation affectant l’essence même de la pratique de l’airsoft

Pour ce qui est des actions entreprises nous avons lancé beaucoup de projets en même temps, certains ont aboutis et d’autres sont encore en court de finalisation :

  • Session de formation au PSC1 (adapté à l’activité avec l’utilisation de matériel utilisé par les pratiquants) 1ère session le 17 avril 2010 – 10 personnes ont obtenu leur diplôme de secouriste sur 10 présentes
  • Campagne de sensibilisation et de responsabilisation (affiches sur les règles de sécurité absolues ainsi qu’une campagne d’affichage sur les préjugés liés à l’activité)
  • Mise à disposition d’un savoir faire associatif (création d’association, organisation d’évènements airsoft, démarches en tout genre, relation avec le public et les élues … )
  • Présentation de l’airsoft auprès de personnalités (hommes ou femmes) de la vie politique (député, sénateur, maire…), interpeller ces personnes sur l’importance d’une prise de décision et obtenir un soutien de leur part pour les démarches administratives en cours. (le sénateur de Gironde Xavier Pintat a adressé un courrier de soutien à l’UFAA)
  • Proposition d’une assurance dédiée à l’airsoft (avec des garanties extrêmement bien placées) à la charge de chaque association
  • Demande de modification du décret 99-240 pour rajouter le terme « usage » afin d’en finir avec l’ambiguïté autour de ce décret. (le député François Deluga a effectué une demande écrite dans ce sens à Mme la ministre de la justice et des libertés)
  • Audition à l’assemblée nationale le 5 mai 2010 dans le cadre de la mission d’information sur les violences par armes à feu, présidée par M. le député Bruno Le Roux. (l’UFAA a su interpeler le député puisque le rapport publié le 22 juin 2010 reprend les arguments avancés lors de cette réunion ainsi que les campagnes de sensibilisation lancées par l’UFAA)
  • Dénonciation de l’article sur l’airsoft du magazine « Commando », courrier à son rédacteur et lettre d’information à l’intention de M. le député Bruno Le Roux. (Cette dénonciation a été reprise dans le rapport de M. Le Roux)

Qu’est-ce qui vous a donné envie de créer l’UFAA ?

Tout simplement la volonté de pérenniser l’airsoft en France, nous sommes TOUS des pratiquants et des passionnés. Nous étions convaincus qu’en restant spectateurs nous aurions forcément des regrets si notre activité venait à être affectée par un quelconque changement de législation, c’est pourquoi nous avons décidé de devenir acteurs de la reconnaissance de notre activité.

Quelle sont vos valeurs en matière d’airsoft ?

Nos valeurs sont les mêmes que la majorité des pratiquants, nous sommes joueurs également et pour la grande majorité depuis de nombreuses années. Nous privilégions le bon sens et le respect, mais en tant que fédération nous nous devons d’éduquer, de former et d’encadrer.

Avez-vous déjà des retours de joueur ?

Oui nous avons beaucoup de soutien de la part des joueurs en règle général. Nous avons une politique de communication qui est extrêmement claire, nous annonçons nos interventions et nous communiquons sur les résultats avec un délai de 7 jours maximum. C’est certainement ce qui fait que nous sommes contacté par des associations géographiquement éloignées de Gironde et dont nous ne connaissions pas l’existence. Dès qu’une association adhère, elle devient elle même vecteur de communication dans sa région, ainsi nous espérons informer l’ensemble de la communauté de nos actions. Nous aimerions communiquer dans chaque coins de France mais ce ne sera possible que lorsque nous aurons un pied dans chaque département.

Votre politique par rapport aux collectionneurs est très tranchée. Sachant que les airsofteurs sont minoritaires en tant que consommateurs d’airsoft, cette politique ne risque-t-elle pas de vous desservir ?

D’après vous c’est quoi l’airsoft ? est ce juste la réplique ? si oui alors comment appelez vous ce que vous faites dans les bois (et ailleurs) ?

Avant de commencer quoi que ce soit au sein de l’UFAA nous nous devions de définir ce qu’est l’airsoft. Après beaucoup de modifications voici notre définition : L’Airsoft est un loisir de simulation ou de reconstitution, à caractère sportif et/ou ludique, utilisant des lanceurs projetant par un gaz comprimé des projectiles sphériques non métalliques, et développant une puissance inférieure à deux joules.
Pourquoi loisir ? car ce n’est pas un sport, le sport c’est le développement de qualités physiques dans un but de performance. En airsoft le développement de qualités physiques n’est pas un but, c’est la conséquence d’une activité ludique.
Simulation et reconstitution, car le milsim et la reconstitution historique font parti de notre activité, de même que le jeu de rôle et le tir sportif qui sont des simulations de personnages ou d’activités. Le terme simulation a cet avantage unique qu’il est suffisamment vaste pour englober toutes les facettes de l’airsoft tout en excluant toute notion de compétition que l’ensemble de la communauté refuse catégoriquement.
Le caractère sportif et ludique évidement pour l’effort physique et l’aspect fun et décalé que peuvent parfois revêtir certaines parties.
Pourquoi avoir mis une puissance dans notre définition ? simplement parce que de par la loi au delà de cette puissance un lanceur est considéré comme une arme et donc soumis à déclaration. Et pour nous l’airsoft ne se pratique pas avec des armes, de même que nous ne souhaitons pas que la FFtir empiète sur notre activité nous ne souhaitons pas empiéter sur la sienne.

Donc voila, après avoir définit l’airsoft nous nous sommes aperçu que le collectionneur n’est effectivement pas concerné par notre activité, c’est juste un collectionneur. Certains collectionnent les voitures de courses, ils n’en sont pas pour autant des pilotes de courses, d’autres font des collections de tenues de seconde guerre sans pour autant être des vétérans de guerre, il en va de même pour l’airsoft, le fait de posséder une réplique ne fait pas de vous un airsofteur. Et encore bien heureux qu’on ne fasse pas cet amalgame car sinon le braqueur avec sa réplique d’airsoft deviendrait par ce simple fait un airsofteur, donc les airsofteurs représenteraient un danger. Si on ne définit pas l’activité plutôt que la réplique on se positionne nous même avec une épée de Damocles qui peut tomber à tout moment. Voila pourquoi notre position est ce qu’elle est concernant les collectionneurs. D’ailleurs le collectionneur ne présente aucun danger puisqu’il collectionne, donc il reste chez lui avec ses pièces de collection, il ne part pas dans les bois pour s’en servir, sinon il devient un pratiquant d’airsoft.

Quelle est votre position concernant les tireurs sportifs airsoft ?

Notre position concernant les tireurs sportif airsoft est tout aussi claire. Ils pratiquent l’airsoft selon la définition que nous avons établis, puisqu’ils simulent un tireur sportif. Nous les considérons bien évidement comme des airsofteurs à part entière.

Avez-vous fixer le prix de l’adhésion ? Quel en sera le tarif ?

Nous avons décidé de ne pas effectuer de cotisation en 2010 car nous n’avons pas encore effectué les élections de tous les postes à pourvoir, les postes occupés le sont à titre provisoire, pour le dépôt des statuts ainsi que le fonctionnement de la fédération. Une fois les élections faites, prévues en septembre, la cotisation à l’UFAA sera alors définie pour 2011. Une cotisation unique sera demandée pour chaque association car nous avons la volonté d’accorder la même voix à chaque association, qu’elle soit petite ou grande. Une estimation de cette cotisation, pour donner une idée, pourrait être de l’ordre de plus ou moins 50€ par association.

Ce qu’il faut savoir c’est que l’UFAA ne propose pas d’assurance. Nous avons démarché une assurance extrêmement bien placée que nous conseillons. Nous attendons les débuts 2011 pour faire un état de la population regroupée par les associations membres de l’UFAA (environ 1500 en juin 2010) et ainsi avoir une force de négociation avec cette assurance. Les tarifs devraient alors chuter pour chaque association.

Avez-vous un site internet ou l’on peut trouver d’avantage d’informations ?

Toutes les informations concernant l’UFAA sont regroupées sur le site Airsoft Guyenne à cette adresse : www.ufaa.fr
Un site dédié à l’UFAA est en cours de développement.
Vous pouvez également vous inscrire sur le forum et obtenir plus d’informations et surtout poser les questions qui vous concernent : http://airsoft-guyenne.frenchboard.com
Si vous voulez lire la charte airsoft guyenne c’est ici : http://airsoft-bordeaux.com/?page_id=2
Et les statuts de l’UFAA ici : http://airsoft-bordeaux.com/?page_id=319

Tags , ,

Articles relatifs pouvant également vous intéresser :

6 réactions sur “Interview UFAA / Warsoft”

#1 Répondre à ce commentaire

s0fta!rm@n

Intéressant, je n’ai pas tout lu mais le discours a l’air sincère. Je m’attelle a la suite.

#2 Répondre à ce commentaire

Don Limpio

Voilà qui à l’air vraiment intéressant !

Les intentions sont vraiment très bonnes, on espère qu’elles vont pouvoir aboutir sur de bons résultats.

Enfin des gens qui bougent pour faire évoluer l’Airsoft !

#3 Répondre à ce commentaire

Alexandre TAME

Concernant la FédéGN, nous sommes conscients de leur travail et nous avons déjà pris contact avec eux afin d’étudier une collaboration.

On ne demande que ça, et pourtant …

Dans l’attente d’un contact messieurs 😉

#4 Répondre à ce commentaire

Roseline Meyer

On s’est loupé avec Olivier Artaud, il était de passage sur Bordeaux mais hélas la période de vacances nous a été défavorable. Ceci dit je risque d’avoir une opportunité de le rencontrer sur Paris prochainement. Je le tiens au courant.

#5 Répondre à ce commentaire

Tiger

D’un point de vue personnel, je pense que cette fédération est la plus approprié et qui répond le plus aux attentes des airsofteurs souhaitant voir leurs loisirs se développer, il manque juste une place à la compétition.

#6 Répondre à ce commentaire

Roseline Meyer

Pour l’instant nous sommes occupés à construire la fédération et nos axes de travail concernent des sujets très importants, mais nous n’écartons pas la possibilité future d’organiser ou d’aider à l’organisation d’une compétition de tir de vitesse airsoft.

Les commentaires sont fermés sur ce billet.